Blog / Société

Comment faire le deuil de son animal de compagnie 2/4

Le deuil est une réaction et un sentiment de tristesse éprouvée à la suite de la mort d'un proche. C’est aussi un processus nécessaire de délivrance, nommé résilience.
Ce processus passe par 5 étapes : le déni, la colère, le marchandage, la dépression et enfin l’acceptation.
Même si le déroulé est naturel, il peut être plus difficile pour certains, aussi voici quelques conseils tirés d’un article de la marque Nidoo  (fabriquant de cocons funéraires pour animaux)

⭐️ Passer outre l'incompréhension de l'entourage et s'entourer de proches bienveillants qui comprendront la situation que l'on est en train de traverser.
La tristesse dans cette situation est tout à fait normale, il ne faut pas avoir honte de son chagrin. Ne pas hésiter à chercher de l’aide et du soutien pour faire son deuil auprès de professionnels.
"Parler de ses peines, c’est déjà se consoler." Albert Camus

⭐️ Avoir recours à un rituel.
Au delà de l’aspect “pratique” de la gestion du corps (nous y reviendrons dans un autre article), un acte rituel peut permettre de lui dire au revoir.
   - Marquer physiquement ce moment. Vous pouvez par exemple faire sa balade préférée, organiser une cérémonie,  planter un arbre pour symboliser sa mémoire et avoir un lieu de souvenir partagé pour toute la famille.
   - Libérer vos émotions en vous exprimant par écrit, sous forme de lettre ou encore en dessinant sur le cercueil ou l'urne. Cela peut s'avérer bénéfique, notamment pour les enfants.

⭐️ Garder un souvenir qui vous accompagne au quotidien : ce peut être un tatouage, un encadrement d’une photo ou d’un objet de l’animal, la prise d’empreinte de sa patte, un bijou etc. (nous y reviendrons aussi).

lac en bord de foret avec un nuage dans le ciel représentant un chien aboyant

⭐️ Prendre du temps pour soi
Notre animal fait partie de notre quotidien. Bon nombre de nos actions de la journée sont rythmées en fonction de lui. La très grande proximité physique et affective que nous avons avec eux est souvent rompue de manière brutale suite à leur décès. Il est donc normal de se sentir déboussolé et de ressentir du vide. Une fois cette période difficile passée ou diminuée,  démarrer de nouvelles activités peut être une bonne idée.
Dans cette période, il faut faire attention à ne pas oublier le ou les autres animaux de la famille qui vivent eux aussi une période de deuil.

⭐️ Ne pas se précipiter pour adopter un autre animal
La question de “Reprendre un animal ?” viendra bien assez tôt, il ne faut cependant pas trop se précipiter.
Lorsque l’animal défunt a été accompagné jusqu’à son dernier souffle, un processus de “pré-deuil” a été effectué. Il sera donc peut être plus facile de reprendre un animal par la suite.
Adopter un nouvel animal trop tôt pourrait lui donner un rôle de “pansement” qui lui serait extrêmement nuisible. Lorsque la mort de l’animal est survenue de manière brutale, le deuil sera d’autant plus difficile à faire. Dans les deux cas, il est préférable de prendre son temps avant de reprendre un animal. Quand le moment sera venu, on préférera prendre un animal physiquement différent de l’animal que l’on vient de perdre. Une race, une couleur, un sexe différent.

"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis." Victor Hugo

 

Photo de couverture : Ross Taylor