Blog / Protection animale

Le rôle des associations de Protection Animale en France

Les Chamis, Urgence Maltraitance Animale, La Société Protectrice des Animaux (aussi appelée SPA), Ani'Meaux, 30 millions d'amis, Agir Pour les Animaux, la Fondation Brigitte Bardot, Gamelles Pleines... Énormément connues ou plus locales, les associations qui œuvrent pour la défense et la sauvegarde des animaux en France sont aussi nombreuses que diversifiées. On peut ainsi compter sur des associations de petites envergures, fondées par des particuliers comme vous et moi, très enthousiastes et solidaires. Bien que fonctionnant avec des fonds plus modestes, elles ont tout autant à cœur le bien-être des animaux, sont très nombreuses et surtout réparties sur l’ensemble du territoire. Car il y a encore beaucoup à faire !

 

chiot dans une cage d'un refuge se faisant caresser

 

Qu'est ce qu'une association de protection animale ?

Il s'agit d'un regroupement de personnes s’engageant pour l'aide et la protection des animaux (sauvages ou domestiques). Elle peut-être reconnue "d'utilité publique" par l'État français, ce lui permet d'accéder à certains avantages spécifiques et de bénéficier d'un statut particulier. Dans la plupart des cas, elle est administrée par des salariés et des bénévoles. Les associations de protection animale assurent plusieurs missions :

• Offrir un refuge aux animaux abandonnés, égarés ou victimes de maltraitance.

• S'assurer que l'animal soit "à jour", c'est-à-dire prêt pour l'adoption. L'équipe associative veille à lui prodiguer tous les soins nécessaires (il est nourri, vacciné et stérilisé si besoin).      

• Sensibiliser le grand public, en particulier les nouveaux propriétaires, au respect des besoins de l’animal.

• Réhabiliter des animaux traumatisés, grâce à l’intervention de spécialistes dans le domaine (des comportementalistes canins par exemple).

• Combattre la maltraitance animale et les abandons (conseils, enquêtes et actions en justice).

• S'engager auprès des pouvoirs publics et de l'administration pour faire avancer la cause animale.

 

Le saviez-vous ? La reconnaissance d’utilité publique est un gage de crédibilité de de confiance, qui renforce la légitimité des actions menées par l’association, et lui permet de recevoir des legs et donations !

Quant aux sources de financement, elles ne sont pas toujours nombreuses. Les associations ont en grande majorité recours à l'appel aux dons financiers ou matériels, qui restent encore la valeur la plus sûre. Mais il existe d'autres alternatives, comme l’apport personnel des fondateurs ou les subventions des collectivités locales, par exemple.

 

Quel bilan tirer de l'action des associations animales ces dernières années ?

On compte un nombre considérable d'associations animales en France, plus ou moins connues. Parmi plus de 1000 structures protégeant les animaux (indépendants ou non), il n'est pas aisé de regrouper l'ensemble des chiffres les concernant. Nous n'avons, par exemple, aucune donnée concernant le nombre total d'animaux pris en charge par les associations chaque année, les sommes dépensées à ces sauvetages, le nombre d'adoptions ou d'euthanasies...                           

Ces statistiques seraient pourtant un très bon indicateur de la qualité et de l'évolution de la protection animale en France. Nous pouvons néanmoins détailler l’évolution juridique de la protection animale jusqu'à aujourd'hui :

• Une première loi (n°76-629) en 1976, relative à la protection de la nature qui pose les bases de la politique de protection animale.

• Une modification du Code civil en 1999 ; les animaux ne sont plus assimilés à des choses, bien que toujours considérés comme des "biens". 

• Enfin, la loi du 16 février 2015 qui modernise le statut juridique de l'animal dans le Code civil. Celui-ci est donc officiellement reconnu comme « un être vivant doué de sensibilité ».

La sensibilisation aux animaux et à leurs conditions de vie a toujours demeuré la mission prioritaire des associations en France. Bien qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir (particulièrement pour les animaux domestiques et les équidés), la dynamique actuelle est clairement sur la bonne voie.    

Désormais, le bien-être animal représente une cause chère au cœur des Français ; en témoigne la proposition de référendum d’initiative partagée sur le bien-être animal, lancée au début du mois de juillet 2020. Cette démarche vise l’adoption de six mesures phares (concernant la chasse, l’élevage intensif, l’expérimentation, etc…). Pour que le référendum ait lieu, il faut :

• le soutien de 185 parlementaires (143 parlementaires signataires la soutiennent actuellement)

• une fois les 185 parlementaires réunis, le Conseil constitutionnel dispose d’un délai d’un mois pour examiner le texte et s’assurer qu’il est conforme à la Constitution.

• si la proposition de loi est validée par le Conseil constitutionnel, le ministère de l’Intérieur ouvre le recueil des soutiens. Il y aura alors neuf mois pour recueillir les 4,7 millions de signatures nécessaires (800 000 personnes se sont déjà engagées à signer).

Le pôle « Politique/Actualités » de l’institut Français d’Opinion Publique a réalisé une étude, auprès d’un échantillon représentatif de 1000 Français, sur l’ampleur du soutien que rencontre l’initiative (disponible ici). 

Les français détiennent aussi de plus en plus d'animaux domestiques : en effet, près de 26 millions d'animaux de compagnie étaient comptabilisés chez nous en 1988 selon l'Insee. Aujourd'hui, nous en possédons 63 millions, soit le plus grand nombre d'animaux en Europe ! C'est donc près d'un foyer sur deux qui possède au moins un compagnon domestique.

 

Le 19/20 de France 3 présente ici l'association Secours et Protection des Animaux située à Poitiers.

Comment soutenir les associations de protection des animaux ?

On pense souvent (à tort !) que l'unique solution pour aider ces associations de protection animale est d'ouvrir le porte-monnaie. Certes, les aides financières sont essentielles pour leur survie, mais sans implication humaine, ces dernières atteignent rapidement leurs limites…        Voici donc une liste de solutions pour agir concrètement pour le bien-être animal :

🐾 J'adopte un animal de façon responsable !

L'adoption est la meilleure manière d'aider les associations et les refuges. Vous y trouverez des compagnons de toutes tailles et de tous âges, impatients de rejoindre une nouvelle famille aimante. C'est à la fois l'occasion d'offrir une deuxième chance à un animal, mais aussi de libérer une place pour qu’un de ses congénères puisse être secouru. Beaucoup de futurs propriétaires ne songent pas à l'adoption, alors n'hésitez pas à en parler autour de vous !             

Adopter responsable, c’est avant tout s’assurer que les besoins physiologiques de l’animal seront en adéquation avec votre mode de vie, votre famille, votre environnement et… votre porte-monnaie. À ce propos, nous avons une article ICI détaillant toutes les obligations financières  liés à l’acquisition d’un chien.   

L’adoption demeure une démarche sérieuse et responsable, elle implique l’animal et sa famille dans le temps. C’est pourquoi les associations veillent à ce que chaque adoption soit décisive et réussie. 

🐾 Je parraine un animal !

Le parrainage s'adresse à tous les amoureux des animaux qui ne peuvent en adopter, mais qui désirent tout de même s’engager auprès de l’un d’eux. Il s'agit d'un don régulier destiné à un animal pour contribuer à son confort et son bien-être (soins, alimentation, toilettage), autrement dit un geste simple et concret pour lui dire tout simplement qu'on l'aime et qu'on pense à lui. Si le parrain/marraine réside près du refuge où se trouve son protégé, il peut régulièrement lui rendre visite pour le chouchouter (le promener si c'est un chien par exemple). Le parrainage est également un moyen pour un animal âgé, blessé ou invalide de ne pas être euthanasié, car plusieurs personnes peuvent se réunir afin de pourvoir aux frais vétérinaires nécessaires, parfois conséquents.

un chat adopté se faisant caresser

🐾 Je deviens famille d'accueil !

Vous avez beaucoup d'énergie à revendre, du temps et de la place chez vous ? Devenir famille d'accueil, c’est recueillir à son domicile un chat, un chien, un poisson ou tout autre animal jusqu’à ce qu’il soit adopté définitivement. Celui-ci est ainsi mis en confiance et quelques fois apprivoisé avec une grande patience. La durée de l'accueil varie énormément : 4 semaines, 2 mois, une année entière ou même plus. Mais c'est une manière efficace d'aider les associations à prendre en charge plus d’animaux abandonnés. C'est surtout la possibilité de « réhabiliter » dans un environnement bienveillant un animal traumatisé.

🐾 Je fais un don financier ou matériel !

Les dons sont toujours les bienvenus :

ils permettent aux associations d'entretenir

leurs locaux, de payer  leurs soins vétérinaires et d'acheter les repas de leurs pensionnaires.

De même, ils ne sont pas uniquement financiers, mais aussi matériels (laisse, collier, panier, 

gamelles, couvertures et bien d'autres). Le site Solidarité Animale ; qui agit comme une plateforme d’échanges entre refuges, associations et bénévoles ; fonctionne de cette manière par exemple.

En septembre 2020, après des semaines de campagnes intenses, les associations et les refuges durement impactés par le Covid-19 se sont vues débloquées par l’État une aide financière de 20 millions d’euros. Une heureuse nouvelle pour les associations de protection animale !

🐾 Je m'engage en tant que bénévole !

Les associations de protection animale comptent presque essentiellement du personnel bénévole. Si vous débordez d'amour pour les animaux et disposez de temps-libre, vous trouverez certainement une association ou un refuge à proximité de chez vous qui a besoin d'aide !